Jean-Michel Parasiliti di Para n’est plus

Nous venons de recevoir un extrait de la déclaration du Successeur du Prince Philippe, M. François de La Garde.

« M. Parasiliti di Para nous a quittés. Ancien Président du Conseil du Royaume du temps du Prince Philippe, il a eu depuis quatre ans le privilège de représenter de fait le Royaume et il faut dire qu’il l’a fait avec brio. Même s’il avait entraîné avec lui les anciens membres et anciens du Conseil dans une émanation peu conforme à la tradition mais qui aurait pu rencontrer une grande réussite, c’est avec dignité qu’il assumait cette charge.

Bien que je n’aie pas reconnu le processus qui l’avait porté à cette charge, les moyens avaient été réunis pour un temps, en 2014, pour œuvrer ensemble à certaines conditions, avant que des facteurs extérieurs, et, disons-le, une divergence de vue sur quelques sujets précis, viennent interrompre une route commune que je souhaitais, comme il l’avait souhaité lui-même, heureuse et fertile.

« M. Parasiliti di Para, Antoine IV pour ceux qui le suivaient, aura été le successeur de la lignée des rois. Dans ma dernière lettre voici trois semaines je l’exhortais à me rencontrer afin de dégager une issue dans l’intérêt des Mapuches, sans aborder les questions techniques de l’élection. Ce processus de remise en l’ordre, pour le retour en la maison commune qui ne pouvait siéger que dans l’esprit qui était celui du Prince Philippe, il aurait été possible de l’atteindre, notamment lorsque nous nous étions retrouvés à La Chèze en août 2016, dans un échange bref et public où j’avais retrouvé la chaleur qui le caractérisait.

Nous espérons aujourd’hui, mon équipe et moi-même, entreprendre le début du commencement de la suite, tandis que je ne suis pas encore installé dans le rôle public, et bien que j’aie assumé la continuité légale et légitime depuis 2014. Mais nous garderons une part de ce qu’Antoine a apporté, et de ce qu’il aurait pu encore longtemps si l’on n’était venu nous opposer.

Il restera le chef de l’une des branches du Royaume, selon le terme que j’avais consacré pour nous désigner, qui chacune à un titre divers, manifestait chacune dans ses marges, une expression de l’héritage très riche que nous a légués le Prince Philippe.

Comme l’œuvre depuis quatre ans aurait été grande, et fructueuse, si nous n’avions pas été divisés ! »

Publicités

L’évêque de Périgueux mis en cause

3961799330

L’évêque de Périgueux, Philippe Mousset est mis en cause par le Royaume d’Araucanie et de Patagonie pour avoir, par sa présence, au cours de l’été apporté soutien à un groupe de fantaisie qui s’est accaparé la succession du Royaume d’Araucanie et de Patagonie.

Le Prix « Jeune chercheur » du Royaume d’Araucanie et de Patagonie

Le secrétariat privé de M. de La Garde a fait savoir récemment que le Royaume d’Araucanie et de Patagonie créait un Prix réservé aux jeunes chercheurs dans les domaines historique, géographique, des sciences naturelles ou des sciences sociales, se rapportant aux Peuples originaires.

 

En lien avec l’annonce relative au Prix des thèses du Royaume d’Araucanie et de Patagonie.

Le Prix des thèses du Royaume d’Araucanie

Le secrétariat privé de M. François de La Garde a récemment annoncé auprès de ses amis que le Royaume d’Araucanie et de Patagonie décernait un Prix pour une thèse de haut niveau.

 

La thèse (HDR) historique, géographique ou en sciences sociales qui sera récompensée par ce prix concernera tout sujet évoquant directement les Peuples Originaires ou Peuples Premiers.

La Sainte-Rose de Lima – Royaume d’Araucanie

Le Royaume d’Araucanie fait savoir que la fête traditionnelle de Sainte-Rose de Lima, n’est plus célébrée pour une période indéterminée à Tourtoirac.

Cette fête n’avait plus lieu d’être dans sa forme après le décès du dernier Prince. Désormais, tous les actes officiels du Royaume [à ne pas confondre avec des groupements fantaisistes qui organisent chaque année des réunions sans rapport avec le Royaume mais se présentent en son nom ], ne sont désormais plus établis à La Chèze, la résidence du défunt Prince Philippe.

L’autre fête est toujours maintenue dans la succession officielle du Royaume. Elle se place au mois de Mars (Anniversaire du Prince).

Jacqueline Monsigny

Communication des Amitiés Prince Philippe.

Nous souhaitons saluer la mémoire de l’actrice et prestigieuse romancière Jacqueline Monsigny qui sut si bien mettre en valeur quelques trésors du passé et rendre hommage à son talent. Mais c’est en tant que l’une des relations du Prince Philippe d’Araucanie que nous lui devons aussi cet hommage qu’il nous revient par droit de mémoire, de lui rendre. Il s’inscrit dans les devoirs de ceux de la mémoire et du cœur, de ceux qui rassemblent la grande famille des amis des monarchies, celle des rois couronnés qu’elle illustrait dans ses biographies ou dans ses romans, celle des rois de cœur, ou des rois sans couronne.

Le fondateur,

M. de La Garde

Les Amitiés Prince Philippe rassemblent depuis sa disparition les amis de M. Philippe Boiry et ceux qui l’ont particulièrement bien connu.

 

 

Ducs du Royaume

Le Chef de La Maison Royale d’Araucanie et de Patagonie, Successeur du Prince Philippe, M. de La Garde, à titre exceptionnel a attribué trois titres de Duc à des membres éminents du Royaume. Cette dignité est réservée en principe à des membres qui ont été proches du défunt Prince.

Il a créé un certain nombre de titres de Duc, non attribués à l’heure actuelle. Parmi eux, les titres éclatants de Duc de Santiago, de Duc de Valparaíso, de Concepción, ou encore de Temuco. Certains demeureront des titres de la couronne. Les autres pourront être attribués dans la suite des temps à ceux qui auront été reconnus dignes de les recevoir.

Parmi les titres éminents du Royaume, trois Ducs, attribués par le défunt Prince, sont encore existants : le Duc de Boroa, le Duc de Coronel, et le Duc de San Pedro de Hueyusco.

Le Royaume continue aujourd’hui de reconnaître tous les titres créés jusqu’à sa mort par le défunt Prince Philippe d’Araucanie et de Patagonie sans exception. Il reconnaît aussi des titres accordés par le Prince Antoine, notamment celui de Duc de Santa Cruz.

 

La vie du Royaume : réformation des règles attributives

Par avis émis par la Maison Civile du Successeur du Prince Philippe, par commandement du Chef de la Maison Royale, il est dit (Extrait) :

Par décision déjà ancienne de la tête de la Maison Royale, la règle est que les titres seront dorénavant attribués de manière tout-à-fait exceptionnelle. Les activités du Royaume sont en effet dirigées en direction des Indiens. L’élévation à une dignité ou à un honneur quelconques, des plus simples aux plus éminents, traduisent les relations privilégiées qui s’instaurent entre le Royaume et certains de ses membres et la reconnaissance qui s’attache naturellement, dans toute société, aux mérites longs et constants. La section des honneurs relève d’une tradition constante dans la confrérie fondée par Antoine de Tounens, réunissant des êtres épris d’idéal.

Pour les titres existants :

Le caractère d’hérédité ne sera maintenu que qu’à la condition expresse que les descendants des titulaires (…) soient engagés dans les activités du Royaume, qui sont principalement culturelles, humanitaires, et sociales. Lorsque les héritiers d’un titre du Royaume d’Araucanie et de Patagonie s’éloignent de ses activités ordinaires, leur titre ne peut plus être porté ; il demeure en sommeil jusqu’à ce que (…) un membre de la famille fasse renaître cette capacité éminente octroyée à son prédécesseur.

(Acte par Ordonnance du 14 Mars 2017 ; Des titres et honneurs particuliers attribués exceptionnellement et traditionnellement aux membres du Royaume , titre 1 ; dispositions établies, déc. 2014 ; complétées au cours de l’année 2016)

Il est conclu et rappelé en outre que ces dispositions sur la nouvelle hérédité des titres s’applique par force à tous titres actuellement existants ou portés, notamment par ceux qui ont été décorés par Son Altesse Royale le Prince Philippe, de glorieuse mémoire (Q. D. A.).

Au besoin, et pour clarification, il est indiqué que sont reconnus tous les titres octroyés, et sans exception jusqu’à sa mort par le Prince Philippe d’Araucanie, car ils constituent le témoignage de l’histoire du Royaume et la volonté définitive du Chef de la Maison Royale en son temps, et un patrimoine imprescriptible ; et qu’ils ne peuvent être abolis.

(…)       … ce dont est avisé au Chancelier du Royaume, et outre en ont été informés les différents héritiers de la monarchie appelés à succéder à M. de La Garde, les principaux détenteurs des fonctions exécutives.

Le Chef de la Maison Royale, Successeur et Gardien du Royaume,  (…)   Mars 2017

Cérémonie à Excideuil

Selon le rapport qui nous a été envoyé par le Secrétariat de la Maison Royale d’Araucanie et de Patagonie, les Anciens du Royaume d’Araucanie, qui étaient les conseillers du défunt Prince ont assisté comme chaque année à un office en sa mémoire.

Les années précédentes, ils s’invitaient à une messe célébrée dans un hospice par le curé d’Excideuil, en se mêlant à la population ordinaire de cet office. En janvier, c’est dans l’église d’Excideuil que l’opération s’est produite. Sur la photographie de la correspondante de la Dordogne Libre, on dénombre trois personnes de ce groupe : les trois personnes présentes ici.

Ce n’est évidemment pas le Prince Philippe d’Araucanie, mort en 2014 (comme l’a indiqué par erreur la photographie). Il s’agit de Jean-Michel Parasiliti di Para, chef du groupe des anciens conseillers du Royaume qui ont organisé une succession non conforme, en compagnie de son épouse.

g