Elisa Loncón

La Présidente de la Convention Constituante du Chili, assemblée élue au mois de mai afin de rédiger la nouvelle Constitution pour le Chili en remplacement de celle écrite sous la dictature, Elisa Loncón Antileo, qui appartient au Peuple Mapuche, fait partie du classement des 100 personnalités les plus influentes du monde selon le classement du Time.

 

 

Le triomphe d’Orélie Antoine

L’année 2021 marque un tournant historique d’une ampleur imprévisible et sans aucun précédent.

Victoires, pour la Nation Mapuche, au long de ces derniers mois, nombreuses, décisives.

Les résultats très appuyés de certains candidats, la plupart des femmes, telles la Machi Francisca Linconao aux élections pour l’Assemblée constituante, chargée de rédiger une nouvelle Constitution pour le Chili, ainsi qu’au premier tour des élections locales, puis la transformation au second tour, avec l’élection d’une Mapuche à la tête d’une grande ville. Sur un mouvement général qui voit la victoire de nombreuses femmes non Mapuches, par exemple à la tête de Santiago.

Elisa Loncón, qui obtient la Présidence de l’Assemblée constituante ! Et obtient par là une notoriété mondiale.

Diego Ancalao, soutenu au long de ces derniers mois par Philippe d’Araucanie, qui malgré tant de difficultés liées entre autres à la crise sanitaire atteint son but historique après une campagne exemplaire. S’il trébuche sur une invalidation, tout à la fin de la course, son parcours ne change pas le formidable appel d’air, l’espérance très vivifiante qu’a constitué cette première candidature Mapuche nationale, dont la réalisation prendra forme à nouveau en un temps très proche.

Diego Ancalao a rappelé, par son initiative valeureuse, que le Peuple Mapuche devait songer à s’inscrire au plein centre de la vie nationale.

Et tant d’autres signes, que l’esprit des ancêtres est parmi nous et qu’Orélie Antoine veille, portant avec tous les héros Mapuches, mais aussi avec les héros plus modestes, Mapuches, et des autres Peuples originaires, et son regard sur nous !

Oui, vraiment, Orélie Antoine est là ! Il est revenu, il règne désormais en esprit! 

 

De Tounens à Monfreid – du parcours héroïque

Ce qui signe ces personnages hors normes que sont Antoine de Tounens et Henry de Monfreid et et les rapprochent par delà la diversité du parcours de leur prodigieuse existence, ce sont, d’abord leur ténacité constante face à l’adversité, et leur volonté inébranlable à suivre le sillon qu’ils se sont tracés.

La quête est menée pour elle-même, sa détermination est construite pour elle-même, indifférente à l’opinion des puissants, dans son type héroïque et autosuffisant.

Une autre similitude qui rapproche ces deux personnalités d’essence pure est le mépris des pouvoirs, des autorités, avec lesquelles il convient, par nécessité de composer, qu’ils utiliseront à leur profit sans s’opposer à elles sinon par l’esprit.

Fatalisme, au fond, chez Tounens, devant ces autorités administratives fermées… incontournables mais qu’il convient d’ignorer, et ce sentiment est induit par ses propres évolutions chez Tounens quand il est constituant profond chez Monfreid.

Leur confrontation, non désirée, avec l’aventure n’a été dictée que par leur quête. Chacun l’a atteinte, bien qu’imparfaitement. Pour Antoine, établir un royaume, pour Henry, découvrir des cultures que l’occidental n’approchait pas et réussir quelques entreprises. Et l’un et l’autre ont vu leur conquête s’évaporer entre leurs mains.

Henry de Monfreid n’a pu qu’être ébloui dans le témoignage, alors rare, offert par Antoine, pour l’appel du lointain, pour un horizon d’idéal encore plus lointain car mythique et total. Eux-mêmes ils sont devenus leur œuvre, et ils sont l’œuvre !

 



 

Consuelo de St-Ex

 

Il nous revient une musique lointaine, comme d’une époque surannée, au premier songe, celle des années 30…

Elle brisse, cette époque, et elle s’anime vite à notre imagination. Car elle n’est pas figée. Combien est-elle riche, en ce temps d’aventures encore lointaines qui peuplent les rêves, quand elles sont encore possibles.

La traduction en Langue Mapuche du Petit Prince n’est pas le seul lien qui unit Saint-Ex à l’Araucanie !

C’est le temps incroyable de l’Aéropostale. Saint-Ex débute en Argentine. C’est au cours de sa vie d’Amérique qu’il liera son destin à sa rose, qui a pour nom Consuelo.

Nombreux sont les liens, éloignés, parfois ténus, mais nombreux qui unissent comme des roses du lointain, les rêves de deux continents, et notre royaume qui a déjà tracé dans le firmament des possibles son étoile bien nette. Cette époque a du cran. Et sa mémoire n’a pas failli. Les pionniers, et leurs parfois tumultueuses aventures, comme celle d’Orélie Antoine sont toujours à l’esprit de ceux qui ont abordé le nouveau siècle.

Quelque-unes de ces roses se relient à Philippe Orllie. L’Académie d’Araucanie entamera prochainement une rétrospective des liens qui unissent Europe et Amérique Latine, en particulier Chili et Argentine.

 

Consuelo par Man Ray, 1937.

Lancement de l’Année Antoine de Tounens

L’Année Antoine de Tounens a été décidée par Le royaume d’Araucanie et de Patagonie et par la Fondation Antoine de Tounens afin de célébrer dignement les 140 ans de la disparition du premier roi d’Araucanie, Antoine de Tounens.

C’est en 1878 que s’éteignait le roi Orélie-Antoine, à Tourtoirac en Périgord.

Cette Année Tounens couvre la fin de l’Année 2018 et toute l’Année 2019. Plusieurs commémorations prendront place et chacun est invité à participer.

 

Dix années en Araucanie – 1889 – 1899 ; Gustave Verniory

 

 

les Presses Universitaires de Rennes avaient consacré en 2013 une édition complète des œuvres de l’ingénieur belge Gustave Verniory consacrées à ce séjour, qui vécut en Araucanie à la fin du XIX° siècle pour construire le chemin de fer. Cette édition était effectuée et présentée par Angèle Martin et Paz Núñez-Regueiro, auxquels s’associait une troisième préface de Stéphane Martin.

L’ouvrage comporte  : Le voyage de Bruxelles à Santiago ; Mes débuts au Chili ; Quinze mois à Victoria. Avril 1889-juillet 1890 ; À la tête de la deuxième section à Lautaro ; Au service de l’entreprise Albarracín et Urrutia. 1er janvier 1892-août 1895 ; Entreprises personnelles ; La construction de la ligne Temuco-Pitrufquén ; D’Araucanie en Europe par Panama. Notes de voyage 1899 ; Annexe. Scènes indiennes d’Araucanie.