Maison Royale d’Araucanie : visite en Périgord

Après une visite privée du 18 au 19 août aux « Trois Jours pour l’Araucanie » le Chef de la Maison Royale d’Araucanie est arrivé au matin du 18 dans une voiture banalisée accompagné d’un officier de sécurité. Il a fait une apparition sur le parvis de l’Abbatiale, retrouvant quelques vieux amis personnels du Prince Philippe, tandis qu’à l’intérieur se tenait la messe au programme de l’équipe Parasiliti. S’il avait fait annoncer qu’il n’effectuerait aucune déclaration devant la presse, il a longuement répondu à des questions devant la camera filmant un documentaire privé, puis s’est éloigné peu avant 11 h afin de laisser le champ libre pour la sortie de l’Abbatiale. Après avoir salué brièvement le Maire de Tourtoirac, M. Durand, il s’est tenu à l’écart durant l’inauguration de la duplication du buste d’Orélie-Antoine 1er, un événement auquel il n’avait pas lieu de participer, n’ayant pas été invité.

A 15 h, invité par la Commune de Chourgnac d’Ans comme l’était aussi le représentant de la branche Stanislas, il était présent à l’inauguration du médaillon du roi, œuvre originale et de qualité installée à La Chèze.

Le 19, il a assisté (en tant que Fondateur des Amitiés Prince Philippe et non comme Successeur de la Monarchie) à la conférence du Comte de Catiray, un vieil ami du défunt Prince Philippe d’Araucanie, organisée par l’équipe n° 2. Cette occasion lui a permis de faire la connaissance directe de Stanislas 1er, porteur du titre de Prince d’Araucanie et chef de cette émanation du Royaume, avant de repartir.

M. de La Garde s’est déclaré pour Araucanie Infos globalement satisfait, et un peu moins d’un certain esprit qu’il a rencontré.

« Il faut reconnaître que les cérémonies publiques destinées à honorer la mémoire du roi Orélie-Antoine 1er ont nécessité un effort sincère de la part des organisateurs et elles ont rassemblé un certain nombre de visiteurs. Il est bon que les habitants avec enthousiasme aient voulu mettre en valeur le roi Orélie-Antoine, idée que j’avais émise dès 2014 et reprise cette année par le chef du groupe des Anciens. Cependant, il eût été plus judicieux – mais ce moment n’est-il pas prêt encore ? – d’envisager une organisation, et des cérémonies communes, conviant tous ceux qui, à un titre quelconque, ont un lien moral ou un lien de suite dans la succession d’Araucanie. La mémoire du Roi Orélie-Antoine n’appartient pas à un seul groupe…

Certes il demeure un effort important à fournir par tous les acteurs, qui à un titre ou à un autre détiennent ou estiment détenir une part de la succession araucanienne pour offrir à l’œil du public, notamment périgourdin, une vision d’unité ou du moins, celle d’un relatif concert autour du travail à accomplir pour les Indiens Mapuches. »

Le Secrétariat de la Maison Royale fournira un communiqué dans les jours qui viennent.

Publicités