La vie du Royaume : réformation des règles attributives

Par avis émis par la Maison Civile du Successeur du Prince Philippe, par commandement du Chef de la Maison Royale, il est dit (Extrait) :

Par décision déjà ancienne de la tête de la Maison Royale, la règle est que les titres seront dorénavant attribués de manière tout-à-fait exceptionnelle. Les activités du Royaume sont en effet dirigées en direction des Indiens. L’élévation à une dignité ou à un honneur quelconques, des plus simples aux plus éminents, traduisent les relations privilégiées qui s’instaurent entre le Royaume et certains de ses membres et la reconnaissance qui s’attache naturellement, dans toute société, aux mérites longs et constants. La section des honneurs relève d’une tradition constante dans la confrérie fondée par Antoine de Tounens, réunissant des êtres épris d’idéal.

Pour les titres existants :

Le caractère d’hérédité ne sera maintenu que qu’à la condition expresse que les descendants des titulaires (…) soient engagés dans les activités du Royaume, qui sont principalement culturelles, humanitaires, et sociales. Lorsque les héritiers d’un titre du Royaume d’Araucanie et de Patagonie s’éloignent de ses activités ordinaires, leur titre ne peut plus être porté ; il demeure en sommeil jusqu’à ce que (…) un membre de la famille fasse renaître cette capacité éminente octroyée à son prédécesseur.

(Acte par Ordonnance du 14 Mars 2017 ; Des titres et honneurs particuliers attribués exceptionnellement et traditionnellement aux membres du Royaume , titre 1 ; dispositions établies, déc. 2014 ; complétées au cours de l’année 2016)

Il est conclu et rappelé en outre que ces dispositions sur la nouvelle hérédité des titres s’applique par force à tous titres actuellement existants ou portés, notamment par ceux qui ont été décorés par Son Altesse Royale le Prince Philippe, de glorieuse mémoire (Q. D. A.).

Au besoin, et pour clarification, il est indiqué que sont reconnus tous les titres octroyés, et sans exception jusqu’à sa mort par le Prince Philippe d’Araucanie, car ils constituent le témoignage de l’histoire du Royaume et la volonté définitive du Chef de la Maison Royale en son temps, et un patrimoine imprescriptible ; et qu’ils ne peuvent être abolis.

(…)       … ce dont est avisé au Chancelier du Royaume, et outre en ont été informés les différents héritiers de la monarchie appelés à succéder à M. de La Garde, les principaux détenteurs des fonctions exécutives.

Le Chef de la Maison Royale, Successeur et Gardien du Royaume,  (…)   Mars 2017

Cérémonie à Excideuil

Selon le rapport qui nous a été envoyé par le Secrétariat de la Maison Royale d’Araucanie et de Patagonie, les Anciens du Royaume d’Araucanie, qui étaient les conseillers du défunt Prince ont assisté comme chaque année à un office en sa mémoire.

Les années précédentes, ils s’invitaient à une messe célébrée dans un hospice par le curé d’Excideuil, en se mêlant à la population ordinaire de cet office. En janvier, c’est dans l’église d’Excideuil que l’opération s’est produite. Sur la photographie de la correspondante de la Dordogne Libre, on dénombre trois personnes de ce groupe : les trois personnes présentes ici.

Ce n’est évidemment pas le Prince Philippe d’Araucanie, mort en 2014 (comme l’a indiqué par erreur la photographie). Il s’agit de Jean-Michel Parasiliti di Para, chef du groupe des anciens conseillers du Royaume qui ont organisé une succession non conforme, en compagnie de son épouse.

g

Cérémonies à la mémoire du Prince d’Araucanie

Des cérémonies sont prévues dès le 5 Janvier 2017 à la mémoire du Prince Philippe d’Araucanie.

En particulier, sera célébrée demain la messe de fondation annuelle organisée par Les Amitiés Prince Philippe pour le repos de son âme.

 

Plusieurs cérémonies officielles sont organisées à Paris et se poursuivront au cours des semaines suivantes. Elles sont organisées séparément par Les Amitiés Prince Philippe ainsi que par le Royaume d’Araucanie et de Patagonie.

 

A l’issue de l’une de ces cérémonies, une réception se tiendra à l’invitation de M. de La Garde en son hôtel parisien. Il décernera à cette occasion des distinctions de l’Ordre de l’Etoile du Sud.

 

Au sujet de l’Eté 2016 à Tourtoirac

Note transmise par le Secrétariat du Royaume d’Araucanie.

Le texte qui suit émane du successeur du Prince d’Araucanie. Ecrit pour remettre en ordre les erreurs du journal local (Sud-Ouest Périgord) après plusieurs articles publiés au mois d’août, il n’a pas été à notre connaissance publié par le journaliste qui pourtant avait pris contact avec nous. C’est donc délibérément qu’il a refusé de tenir compte de notre position, puis a refusé de publier des rectifications que la loi exige lorsqu’elles sont demandées.

« J’ai effectivement créé début 2014 les Amitiés Prince Philippe mais, pour répondre à l’un des articles du 19 août, il ne s’agit pas d’une association. C’est à ce titre, et à celui d’une des personnes ayant un lien de succession direct avec la mémoire du défunt que j’ai été invité à écouter une conférence prévue par l’équipe de Stanislas pour le 19 août 2016, ce que j’ai fait avec plaisir comme avec tous ceux qui se comportent de façon honorable et polie… Puis, fin 2014, j’ai assumé par nécessité la pleine et entière succession du Prince Philippe à la tête du Royaume d’Araucanie et de Patagonie, recueillant et continuant les droits qu’il détenait. Première annonce publique, effectuée en Janvier 2015.

C’est l’occasion ici de dissiper un malentendu. Ma volonté de porter d’autres titres, comme Gardien et Recteur de la Monarchie d’Araucanie, plutôt que celui de Prince d’Araucanie, bien lourd à porter après une personnalité aussi haute que celle du défunt, est sans conséquence sur la fonction essentielle : qui est celle du successeur de la monarchie, dans laquelle je prends place après le Prince Philippe d’Araucanie dans la suite du roi Orélie-Antoine. Ces titres utilisés ont pu faire croire que je « pourrais être un éventuel prétendant », comme l’indiquait l’article du 26 août, (tandis qu’un autre quotidien me présentait en 2015 contre ma volonté comme « le 3ème roi »…) sans aucun fondement puisque j’assume déjà la totalité des fonctions du Royaume maintenues jusqu’à la mort du Prince Philippe.

Je suis venu à Tourtoirac observer les festivités du 18, que mes services ont annoncées à toute la presse périgourdine assez longtemps à l’avance, pour la raison unique que ce programme inhabituel débordait le cadre ordinaire des deux autres équipes et qu’il était consacré à Antoine de Tounens. Invité par la mairie de Chourgnac à l’inauguration du médaillon de La Chèze, (était invité aussi, le responsable du groupe Stanislas), je me suis abstenu d’assister à celle du buste, n’étant pas invité.

Au sujet de ces festivités, en dehors d’une qualité plastique et artistique indiscutables des représentations de l’homme du pays, l’ambiance et les propos tenus ne sont pas propres à honorer la mémoire d’Antoine de Tounens mais au contraire la desservent. La comparaison entre monarchie et république est oiseuse et s’oppose à la tradition si éminemment maintenue par le Prince Philippe. Il en va de même, de la part de membres d’une certaine équipe, avec les polémiques dépourvues de sagesse et auxquelles je souris cependant car elles semblent être la chair de leur revendication. De l’aveu même d’un organisateur de ces festivités, extérieur, précisons-le, aux deux groupes qui veulent agir au nom du Royaume comme au mien, elles font pâtir la cause à défendre.» M. de La Garde

L’Académie d’Araucanie

L’Académie d’Araucanie a été créée. Elle vient compléter les activités culturelles et intellectuelles ordinaires du Royaume.

 

Elle recevra les candidats sur dossier ou candidature. Les  chercheurs, auteurs, enseignants et étudiants qui désirent être associés à ses travaux seront accueillis après un examen rapide de leurs sujets d’étude et d’intérêt.

Les demandes de dossiers peuvent être déposées par le contact d’Araucanie Info qui transmettra.

L’Académie d’Araucanie et de Patagonie (titre officiel) a vu le jour par décision du Chef de la monarchie royale d’Araucanie et de Patagonie, conduite par M. de La Garde, successeur direct du Prince Philippe d’Araucanie.

Elle sera reliée au secrétariat des études de l’Institut des Hautes Etudes Araucaniennes, créé début 2015 dans le but de ressusciter l’Académie des Hautes Etudes d’Araucanie et de Patagonie créée autrefois sous l’impulsion du Prince d’Araucanie. Il faut préciser que l’Académie, contairement à l’Institut,  est consacrée à des travaux plus généraux, dans l’esprit qui est celui de l’érudition générale plutôt que celui de la recherche et des études scientifiques spécialisées. L’Académie peut donc recevoir des candidats présentant un bon niveau confirmé d’études générales.

Le Diplôme de satisfaction

Diplôme de satisfaction

La participation soutenue au Royaume et à ses activités seront à dater d’Octobre 2016 récompensées ordinairement par le Diplôme de satisfaction et de remerciement.

Seuls, les services extraordinaires entraîneront la remise de l’une des décorations traditionnelles du Royaume, lesquelles ne pourront être décernées en dehors de services extraordinaires ou éminents, et qui ne doivent pas être galvaudées.

 

Cette décision du Chef de la Maison Royale rentre dans la réorganisation du Royaume après le décès du Prince Philippe d’Araucanie et dans la continuité sans faille et selon le respect des traditions du Royaume, souhaitée par son successeur.

 

 

Les activités du Royaume d’Araucanie

Le Service de Presse du Royaume d’Araucanie a diffusé une note rapide pour indiquer que le Chef de la Maison Royale, M. de La Garde, se réserve de donner une appréciation aux rencontres qui se sont produites du 18 au 20 août 2016, les « Trois Jours pour l’Araucanie ». Il effectuera aussi un commentaire sur les articles du journal local.

 

Le Service signale aussi que les activités du Royaume d’Araucanie et de Patagonie, sous la houlette du Successeur du défunt Prince Philippe, ont repris. Enfin un portrait très rare du Roi Orélie-Antoine a été récemment remis à M. de La Garde, qui lui-même l’a remis à l’Institut qu’il a recréé début 2015 pour ressusciter l’Académie fondée autrefois par le défunt Prince : l’Institut des Hautes Etudes Araucaniennes.

 

Maison Royale d’Araucanie : visite en Périgord

Après une visite privée du 18 au 19 août aux « Trois Jours pour l’Araucanie » le Chef de la Maison Royale d’Araucanie est arrivé au matin du 18 dans une voiture banalisée accompagné d’un officier de sécurité. Il a fait une apparition sur le parvis de l’Abbatiale, retrouvant quelques vieux amis personnels du Prince Philippe, tandis qu’à l’intérieur se tenait la messe au programme de l’équipe Parasiliti. S’il avait fait annoncer qu’il n’effectuerait aucune déclaration devant la presse, il a longuement répondu à des questions devant la camera filmant un documentaire privé, puis s’est éloigné peu avant 11 h afin de laisser le champ libre pour la sortie de l’Abbatiale. Après avoir salué brièvement le Maire de Tourtoirac, M. Durand, il s’est tenu à l’écart durant l’inauguration de la duplication du buste d’Orélie-Antoine 1er, un événement auquel il n’avait pas lieu de participer, n’ayant pas été invité.

A 15 h, invité par la Commune de Chourgnac d’Ans comme l’était aussi le représentant de la branche Stanislas, il était présent à l’inauguration du médaillon du roi, œuvre originale et de qualité installée à La Chèze.

Le 19, il a assisté (en tant que Fondateur des Amitiés Prince Philippe et non comme Successeur de la Monarchie) à la conférence du Comte de Catiray, un vieil ami du défunt Prince Philippe d’Araucanie, organisée par l’équipe n° 2. Cette occasion lui a permis de faire la connaissance directe de Stanislas 1er, porteur du titre de Prince d’Araucanie et chef de cette émanation du Royaume, avant de repartir.

M. de La Garde s’est déclaré pour Araucanie Infos globalement satisfait, et un peu moins d’un certain esprit qu’il a rencontré.

« Il faut reconnaître que les cérémonies publiques destinées à honorer la mémoire du roi Orélie-Antoine 1er ont nécessité un effort sincère de la part des organisateurs et elles ont rassemblé un certain nombre de visiteurs. Il est bon que les habitants avec enthousiasme aient voulu mettre en valeur le roi Orélie-Antoine, idée que j’avais émise dès 2014 et reprise cette année par le chef du groupe des Anciens. Cependant, il eût été plus judicieux – mais ce moment n’est-il pas prêt encore ? – d’envisager une organisation, et des cérémonies communes, conviant tous ceux qui, à un titre quelconque, ont un lien moral ou un lien de suite dans la succession d’Araucanie. La mémoire du Roi Orélie-Antoine n’appartient pas à un seul groupe…

Certes il demeure un effort important à fournir par tous les acteurs, qui à un titre ou à un autre détiennent ou estiment détenir une part de la succession araucanienne pour offrir à l’œil du public, notamment périgourdin, une vision d’unité ou du moins, celle d’un relatif concert autour du travail à accomplir pour les Indiens Mapuches. »

Le Secrétariat de la Maison Royale fournira un communiqué dans les jours qui viennent.